Livre - Book / 2006

Nuestras hijas

Lena Goarnisson

Le Livre Nuestras hijas a été publié à l’occasion de l’exposition Pièces à emporter qui a eu lieu du 7 au 28 avril 2006.
 
"L’installation de 236 plombs, alignés les uns à côté des autres, évoque un étrange culte funéraire. Chacun des 236 plombs porte le nom ainsi que la date et le lieu de décès d’une des 236 femmes mexicaines assassinées à Ciudad Juarez de 1993 à 2003, dont l’identification a été possible et répertoriée par le groupe féministe Ocho de Marzo. Beaucoup d’entre elles n’ont jamais été retrouvées, et leur nombre serait en fait proche de 400. Ce champ de plombs redonne une réalité à ces destins brisés, qui entrent ainsi dans nos consciences, et le travail artistique  accomplit un geste contre l’oubli ; le plomb étant à la fois ce qui rend hommage aux mortes et leur restitue une forme d’existence. Cette œuvre est vouée à être dispersée : l’artiste propose au public de partir avec l’un des ces plombs et d’héberger chez lui un peu de cette mémoire. Nuestras hijas, édité en résonance à l’installation, contient le compte-rendu des circonstances de chacun de ces assassinats. Les cours récits qui se succèdent sobrement redoublent cette mémoire et lui assurent une trace supplémentaire : inscription dans le texte et inscription dans la matière se font écho."
 
Delphine Descaves 

The book Nuestras hijas has been published on the occasion of the exhibition Pièces à emporter that took place from 7 to 28 April 2006.

 

“The installation of 236 weights, lined up next to each other, evokes a strange funerary cult. Each one of the 236 weights bears the name, the date and the place of death of 236 Mexican women murdered in Ciudad Juarez from 1993 to 2003, whose identification was possible and listed by the feminist group Ocho de Marzo. Many of them have never been found, and the number of deaths would actually be closer to 400. This field of weights gives a reality to these shattered destinies, that enter in our consciences, and the artwork accomplishes a gesture against the oblivion ; the weight is at the same time a tribute to the dead and their return to a form of existence. This work is bound to be dispersed : the artist propose to the public to leave with one of these weights and to accommodate a little bit of this memory. Nuestrar hijas, published in resonance with the installation, contains the account of the circumstances of each of these murders.

The stories which follows simply repeat this memory, providing it an additional trace: inscription in the text and inscription in the material that makes echo.”

 

Delphine Descaves

 

21 x 15 cm / 300 pages / 100 ex.
Français / French
Couverture : Tampon / Buffer
Pages intérieures : Photocopie / photocopy

Couverture : carton gris tamponné

Intérieur : photocopie sur papier orange

Reliure Wire'O métallique. Fermeture avec boucle et tissu noir.

© Photographie Laurent Grivet

 


PDF :
fiche technique

  20 €