03.03.17 — 29.04.17 - Rennes - France

Chloé Poizat & Gianpaolo Pagni, Et si tu veux je rirai comme une cascade et comme un incendie

Exposition / Publication

L’univers graphique de Chloé Poizat se situe à la frontière du rêve et du cauchemar, entre le monde des vivants et celui des êtres fantomatiques, quelque part entre le réel et les images illusoires qui peuplent notre imaginaire collectif. Dans son travail, les références au cinéma, à l’histoire de la photographie ou à la littérature s’entrecroisent, notamment grâce aux techniques du collage et du montage. De ces associations visuelles, frôlant parfois le surréalisme, semblent naître des fictions, tantôt sombres, tantôt absurdes, mais toujours teintées d’humour.

 

Au cœur de la pratique de Gianpaolo Pagni résident les notions d’effacement et d’apparition. L’artiste les matérialise à travers l’usage de l’empreinte, qu’elle soit laissée par les individus, collectée et glanée ou encore matérialisée par l’utilisation du tampon. Ce dernier est devenu un outil de travail à part entière dans sa pratique. Dans ses dessins, comme dans son travail pictural, le principe de recouvrement d’un support imprimé, ainsi que les aléas de l’impression questionnent l’impermanence de toute chose. « La trace laissée par un tampon n’est jamais pareille et chaque coup de tampon est une surprise » (Gianpaolo Pagni).

 

Chloé Poizat et Gianpaolo Pagni partagent le même atelier et la même approche transdisciplinaire de la création : tous deux se situent à la croisée de l’art contemporain, de l’édition et de l’illustration de presse. Cette proximité leur a permis d’engager un travail collaboratif à quatre mains, entre 2011 et 2015 : Nos pièces montées, une série de dessins réalisée en suivant le principe du cadavre exquis, qui a vu son aboutissement dans la publication Pièces montées, parue aux éditions Cornélius en 2015. 

 

À Lendroit éditions, leurs travaux entrent à nouveau en dialogue, non plus sur l’espace de la feuille de papier, mais dans la galerie. L’accrochage associe « pêle-mêle » les dessins, sculptures et photographies des deux artistes, rappelant les cabinets d’amateur. L’exposition Et si tu veux je rirai comme une cascade et comme un incendie propose de rendre compte de l’approche singulière des deux artistes, tout en révélant des points de convergence évidents. Cette double approche se révèle également dans l’édition de cinq estampes numériques, par chacun des deux artistes, prolongeant la confrontation et la complémentarité de leur travail plastique respectif.