27.04.18 — 10.06.18 - Rennes - France

Icinori, Barrages

Exposition, dans le cadre de Spéléographies - Biennale des écritures

 

Du vendredi 27 avril au dimanche 10 juin, Lendroit éditions accueille une exposition du duo d’artistes Icinori, "Barrages", dans le cadre de la 2e édition de Spéléographies, Biennale des écritures.

 

Mayumi Otero et Raphael Urwiller explorent les confins du dessin à quatre mains sous le nom d’Icinori depuis 2008. Depuis cette date, ils créent des œuvres teintées d’onirisme, des illustrations pour la presse (Le Tigre, le Monde, le NY Times) ou pour des albums jeunesse (Issun Bôshi, Actes Sud Junior). Icinori est aussi le nom de la maison d’édition avec laquelle les deux artistes expérimentent l’art imprimé et l’objet livre sous des formes et formats divers : via leur imprimante RISO 12 couleurs, leur presse taille douce, leur atelier de sérigraphie ou avec des presses typographiques (celle, dite « antique » des frères Riby à Orléans), par exemple.

 

Les images qu’ils proposent consistent en de véritables univers où se côtoient bestiaire fantastique ou exotique et humanité tantôt fantasmagorique, tantôt réduite à alimenter des machines diverses. On y croise des hommages aux références hétéroclites qui inspirent le duo, depuis les contes japonais, les illustrations d’un Tom de Pékin ou d’un Henning Wagenbreth, les papiers peints du 18e siècle, les utopies architecturées d’Archigram, de Superstudio et des métabolistes japonais ou encore l’histoire de l’art avec Fransisco de Goya, David Hockney, David Shrigley. En d’autres termes, Icinori semble s’amuser à concilier des antagonismes visuels, au profit d’une esthétique bien souvent rétro-futuriste.

 

À Lendroit éditions, Icinori présente un panorama de leur production, depuis les livres imprimés sur presse typographique, leurs gravures ainsi qu’une sélection de dessins issue des séries Barrages et Centrales.

 

Les dessins Barrages ont été réalisés lors d’une résidence en Suisse, pendant laquelle ils ont documenté les ouvrages monumentaux que sont les barrages. Sur ces dessins, aux teintes ocres, la minéralité de ces constructions humaines y est matérialisée par une approche sensible du dessin, pointilliste, qui contraste fortement avec l’aplat des étendues d’eau, contenues. Avec Barrages, Icinori procède à rebours, l’imagerie 3D étant utilisée comme source d’inspiration avant d’être réinterprétée au moyen d’un certain archaïsme dans le dessin. Le duo présente également les différentes recherches qui les ont amenées à ces dessins.

 

Avec la série Centrales, le duo s’intéresse à ces architectures paradoxales, au croisement de l’industrie énergétique et de la construction primitive. Telles des apparitions fantomatiques, ces centrales se confondent avec leur environnement, de par une utilisation brumeuse du graphite, au risque de disparaître...

 

Dans la continuité de ces réflexions, en lien avec le paysage, Icinori présente également le livre pop-up Carrière, articulé autour des oppositions entre nature et culture. On décèle dans cette édition la maitrise technique qui caractérise leur recherche éditoriale et, d’autre part, leur capacité à construire - et déconstruire - des mondes à part entière par le biais de l’édition.