06.11.14 — 06.12.14 - Rennes - France

Roland Sénéca, J'enfonce un coin

Exposition

Exposition d'une sélection de sérigraphies de grand format de l'artiste et sortie de l'édition Le pari.

Vernissage le 6 novembre en présence de l'artiste.

 

"Baudelaire dit qu’il n’y a que trois choix pour l’homme et son devenir : soldat, prêtre ou poète. Quand à moi, convaincu de la vanité de l’action, je me suis voué au dessin, j’ai parié sur le dessin. J’ai dit dans Les cartes à jouer du corps les différents temps de conception du dessin. Je ne le referai pas ici.
Seulement ceci : le temps du dessin est un temps de guerre, de conquête.
En admettant qu’il y ait un fond (à la boîte) il convient de racler ce fond, de ne rien laisser.
On a cette sensation à l’écoute du 15e quatuor de Beethoven. Passant par le saccage, l’objet du désir est sans fin. Le dessin tient en haleine.
Provoqué pour inviter les déviances, il n’en établit pas moins un axe.
Il indique qu’il faut s’en tenir à ce qu’on aime."

Roland Sénéca — 30.10.14

 

EN

Exhibition of a selection of the artist's large-format silkscreens and release of the edition Le pari.

Opening on 6 November in the presence of the artist.

 

“Baudelaire says there is only three choices for a man and his future: soldier, priest or poet. Personally, I believe in the vanity of action and devoted myself to drawing, I bet on drawing. In Les cartes à jouer du corps, I mentioned the different stages in the conception of drawing. I won’t do it again now. Just one thing: the time of the drawing is a time of war, of conquest. 

Assuming that there is a bottom (to the box) it is necessary to scrape this bottom, to leave nothing.

One gets this feeling when listening to Beethoven's 15th quartet. The object of desire is endless, passing through the ransacking. The drawing is breathtaking.

It is provoked to invite deviations, but established an axis nonetheless. 

It indicates that one must stick to what one loves.”

Roland Sénéca – 30.10.14