Livre - Book / 2022

Chronologie sous-marine

collectif / eesab Rennes

8 €  / 7,20 € *

* Tarif adhérent

L’espace sous-marin est l’espace de l’invisible où les strates temporelles disparaissent, sous
la surface, lissées par les flots. Toute recherche se confronte ainsi à l’épaisseur des masses
d’eau et des sédiments, où chaque objet archéologique est trouvaille inespérée, chaque
élément invisible le territoire d’une histoire potentielle. Cet espace sous-marin, nous
l’imaginons naturel, habité par la faune et la flore. Un lieu où toute chose n’appartenant pas
à ce milieu semble se disloquer et disparaître à jamais. Le territoire d’investigation se
prolonge par l’estran, zone intermédiaire où les flots se retirent pour dévoiler, quelques
heures durant, une transition entre deux mondes, physiquement accessible. Si nous
prenons maintenant en compte des échelles temporelles plus larges, géologiques, il faut
imaginer cet environnement comme mobile : le trait de côte subit en effet des variations de
plusieurs kilomètres et le niveau de la mer de plusieurs dizaines de mètres. Le début du
plateau continental, aujourd’hui immergé, fut, autrefois, un espace arpenté et habité par
l’Homme.
En Bretagne, région aux côtes découpées, battues par les vents, le patrimoine
archéologique sous-marin est fait de traces ténues. Plus nous remontons dans le temps,
plus les éléments se fragmentent et s’éparpillent. Le projet « Chronologie sous-marine »,
imaginé avec les étudiant·es de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne (EESAB)-
site de Rennes, entre 2018 et 2021, est ainsi centré sur la représentation sensible de cette
fragmentation au travers des âges et des histoires qui se reconstituent à partir de cette
multiplicité d’éléments visibles et invisibles.
Chaque artiste, diplômé·e ou étudiant·e de l’EESAB, s’est intéressé·e à une époque
différente ou à un aspect marquant des pratiques de l’archéologie, en collaboration avec
des archéologues et scientifiques ou en s’appuyant sur leurs recherches. Les variations du
niveau de la mer apparaissent ici au travers des forêts immergées, des menhirs
subaquatiques, mystères engloutis. Les vaisseaux fantômes produisent fictions et
projections. Les sédiments dévoilent des visions verticales sur des points choisis et les
matières organiques la discrète et impossible tâche
de la lecture des pistes anthropiques balayées par les siècles et les éléments.
« Chronologie sous-marine » est aussi une composante de l’atelier Pourquoi pas , proposé
par George Dupin et Nicolas Floc’h depuis 2020 aux étudiant·es des trois options de l’école
(Art, Communication mention Design graphique et Design) et centré sur les pratiques
immersives. Étudiant·es et diplômé·es issu·es de l’atelier ont ainsi été en résidence à la
galerie du Dourven le temps de l’exposition. Elles·Ils ont produit de nouvelles propositions
en réponse aux oeuvres présentées, prolongeant cette lecture des territoires au travers
d’observations du vivant, du végétal, du minéral et d’explorations de cet environnement
exceptionnel qu’est la côte de Bretagne Nord.
Le projet « Chronologie sous-marine » découle du programme de recherche éponyme mené
par l’EESAB-site de Rennes sous la direction de l’artiste et enseignant Nicolas Floc’h,
financé par la Région Bretagne dans le cadre de l‘appel à projets NEPTUNE (Nouvelle
Exploration Patrimoniale Triennale des Univers Nautiques Engloutis).
Il a été mené en partenariat avec le CReAAH-CNRS (Centre de Recherche en Archéologie,
Archéosciences, Histoire), le DRASSM (Département des recherches archéologiques
subaquatiques et sous-marines) et l’ADRAMAR (Association pour le Développement de la
Recherche en Archéologie MARitime).